La new born Canadienne – Mathilde Géromin

Géromin

Au moment où la France fait la chasse aux immigrés illégaux jusque dans les écoles primaires, je deviens ce qu’on appelle une néo-canadienne, une immigrée légale, qui peut payer ses impôts, voter et voyager avec ce fameux passeport. À considérer comme un honneur d’après le gouvernement canadien.

Sachant que si je le déshonneure, ce même gouvernement peut décider de me l’enlever…

Il s’est passé un temps infini entre le moment où j’ai décidé de vivre sur le sol canadien (1995) et celui où je peux enfin vivre sur ce sol sans avoir d’angoisse de papiers (2008).

Un temps de course contre la bureaucratie et la bêtise humaine.

Malgrè cette bureaucratie et cette bêtise étant là pour en décourager plus d’un, j’ai décidé d’immigrer. Pourtant je n’ai fuit aucune situation économique dévastatrice, ni aucun régime politique destructeur, ni même une histoire de vie horrible. J’ai encore de la famille, des amis que j’aime et qui m’aime, dans mon pays d’origine.

J’ai voulu immigrer parce que je peux toucher le bonheur de plus près ici, c’est tout et c’est beaucoup.

Le libre échange des marchandises sur les continents, les océans et dans l’air ne cesse de s’accroître, la circulation de l’humain est de loin la plus contrôlée.

Le libre droit et choix de décider d’habiter et de travailler dans un monde meilleur, reste et restera pour longtemps encore comme une idée folle et saugrenue pour la plupart des gouvernements sinon tous.

Car c’est bien connu : les immigrés viennent voler le travail et les femmes et c’est à cause d’eux si il y a la crise. Alors on ferme les frontières.

Et quand par bonheur on fait parti des élus, on vous entrouve la porte mais il faut s’essuyer les pieds longtemps (on ne sait jamais, si on avait de la crotte sous les talons), montrer patte blanche, et s’allonger de tout son long par terre pour qu’on vous carresse gentillement le ventre, sans grogner, surtout ne pas grogner.

Garder un profil bas, toujours, c’est un honneur, ne l’oubliez pas, que ce grand pays vous accueille.
« Les Canadiens et les Canadiennes sont fiers de leur citoyenneté, qui figure parmi les plus prisées au monde. » site du CIC

Alors comment qu’on fait pour devenir KANAYIENNE???

Ben c’est simple : Déjà si t’es sidatique, pauvre, pas éduqué, noir, musulman, et que tu as plus de 40 ans…oublie-ça. Si ton travail fait partie de la liste des métiers non désirés, oublie-ça! Sinon tu fais ce qu’on appelle un dossier de demande de résidence permanente, ça coûte 550 $. Alors c’est une série de questions, sur tes études, ton travail etc.

Plus t’es jeune (et encore à l’âge de la procréation), plus tu gagnes des points.

Tu as fait des études universitaires, tu gagnes encore des points.

Plus tu as de points, plus tu peux gagner le droit de t’établir.

Moi j’ai échoué une première fois.

Raisons : Pas assez d’années de travail (il faut au moins avoir travaillé 3 ans à temps plein), pas assez d’argent sur mon compte en banque.

Ah oui? …Euhhh bon d’accord.

Je suis retournée faire me devoirs, j’ai appris qu’il fallait leur prouver que je possédais (au moins pendant trois mois) la somme de 6000$ sur mon compte en banque. Chaque étranger d’où qu’il vienne doit posséder cette somme. Donc l’immigration canadienne est une immigration de « riches ».

Alors que faire quand on est pauvre? On attend de devenir riche ? Ou bien on emprunte cette somme à plein de gens différents (amis, famille), on la garde sur son compte les fameux trois mois pour avoir des preuves bancaires, et on redonne l’argent à ses amis une fois que les photocopies signées conformes par la banque ont été approuvées…

Autre obstacle : J’avais échoué le passage de la visite médicale obligatoire (coût : 100$). Car au Canada « L’examen médical vise à garantir que le demandeur n’a aucun problème de santé qui représente un danger pour la santé ou la sécurité publiques, ou qui serait un fardeau excessif pour les services sociaux ou de santé au Canada. »

Alors avec mon pipi (et un peu de sang dedans) je devenais un fardeau excessif pour le gournement. Donc mon dossier est resté en hold jusqu’à ce que je puisse leur démontrer que j’étais assez normale. Alors re-visite chez le médecin (100$) pour certifier ma bonne santé.

Pour ce faire je fais attention de ne pas boire d’alcool ni fumer de « drogue » pendant deux semaines. Juste des légumes et de l’eau, pour faire un beau pipi et donner du bon sang.

Et bingo…j’ai réussi le test.

Mon corps est apte à s’établir sur le sol Canadien sans le mettre en danger.

Me voilà résidente permanente.

Je peux y rester toute ma vie, si le droit de vote ne m’intéresse pas.

Mais tous les 5 ans il faut refaire sa carte de résidence (50$). Ça veut dire remplir encore et encore des papiers, attendre des mois, pour obtenir une carte valide. Et pendant ce temps on ne peux pas voyager, car on ne peut pas prouver quand on rentre au Canada,qu’on est résidente permanente puisqu’il garde l’ancienne carte quand on fait son renouvellement….Et si on décide de faire un grand voyage, surtout penser à ne pas dépasser les six mois fatals hors du pays. Sinon la résidence permanente est annulée, et on retombe dans la case départ.

Alors pour éviter toutes ces paperasseries et ces regards obliques à chaque fois qu’on revient de l’étranger, j’ai décidé de demander ma citoyenneté. Bon c’est vrai j’avais aussi envie de pouvoir voter un jour NPD.

Et puis d’avoir un passeport qui me permettrait de ne pas passer par la case déclaration des douanes de l’aéroport à chaque fois que je reviens de France. Car je suis toujours une terroriste alimentaire qui veut faire passer sous le manteau, des boites de fois gras, du fromage qui pue ou encore des litres de vin rouge, normal je suis FRANÇAISE….

Donc maintenant je serai CANADIENNE, et les canadiens c’est bien connus sont de gentils touristes bien élevés.

Pour ça il a fallu attendre d’avoir vécu sur le sol candadien 1095 jours minimum.

Ensuite tu payes 100$ pour remplir encore et encore des papiers, où on te pose toujours les mêmes questions (comme s’ils jetaient tous les papiers à chaque fois).

Ensuite tu reçois un beau carnet qui s’appelle « Regard sur le Canada » avec une petite note qui te dit de bien lire le document car tu dois te préparer pour passer l’examen de citoyenneté.

Et puis tu attends 1 an et demi avant d’obtenir le droit de passer ce bel examen.

Oui oui un examen comme à l’école avec des questions à choix multiples.

Car si tu veux devenir canadien tu dois connaître tout sur le pays (pourquoi pas).

« # Examen de la citoyenneté : Ce que vous devez savoir au sujet du Canada pour réussir l’examen pour la citoyenneté et ce à quoi vous devez vous attendre pendant l’examen »

Alors un jour tu te retrouves dans une salle comble de 80 personnes dans le même cas que toi, toutes immigrantes, à qui on parle avec un petit air condescendant comme si nous étions les derniers débiles de la terre.

Et là tu réponds à des questions aussi débiles les unes que les autres. Et tu enrages parce que tu te dis que si tu étais née ici, jamais au grand jamais tu n’aurais eu à passer cet examen sous le regard méprisant de la reine accroché au mur.

Allez hop un jeu: un petit aperçu quiz de la culture canadienne extrait de http://www.cic.gc.ca/quiz/questions-fra.aspx

« Questionnaire sur la citoyenneté qui vous permettra d’évaluer vos connaissances en matière de citoyenneté.
Question 11

Quel personnage de bande dessinée a été cocréé par le Canadien Joe Shuster?

A) Wonder Woman
B) Superman
C) Batman

C) Exact! Superman a été inventé par le Canadien Joe Shuster.

Lequel des sports suivants a été inventé par un Canadien?

A) Le football
B) Le tennis
C) Le basketball

C) Exact! Le basketball a été inventé par le Canadien James Naismith en 1891.
Ayoye les canadiens ont crée la culture américaine… »

Bref le Canada a inventé l’inconscient collectif américain.

Et après ce magnifique moment de culture canadienne si on obtient la moyenne sur 20 on est accepté pour la cérémonie de citoyenneté. Attention toutefois de bien répondre à la question concernant le doit de vote car si la réponse est fausse, retour à la case départ de la demande de citoyenneté…

« # Cérémonie de citoyenneté : Ce que vous devez savoir au sujet de la cérémonie de citoyenneté une fois que vous avez complété toutes les étapes menant à la citoyenneté canadienne »

Ouiiiiiiiiiiiiii faire allégence à la reine, je sais, tout le monde en rêve, et moi je l’ai fait!
Convocation un mercredi matin à 9h30.

En présence de 375 autres immigrants, on attend tous que le Canada se fasse plaisir avec ses petites cérémonies d’intronisation, et nous on attend que ça passe…ça fait 2 heures qu’on attend assis dans cette grande salle.

On trépigne pour signer encore des putains de papiers. Un ennui certain se lit sur tous les visages. Et j’entends un employés dire que c’est mieux des grands rassemblements, comme ça ils font une batch de 375 d’un coup!

Le gouvernement dépense moins d’argent, mais dépense le temps de ses futurs citoyens sans problème. Et en plus, après avoir signé ces papiers, t’es obligée de rester pour chanter ô Canada et jurer allégeance à la reine…

Si tu veux aller pisser on te prend tes papiers pour t’obliger à revenir!!!

Et tous venus de 75 pays différents, on se lève indifférents pour lever la main droite et prêter le serment d’allégeance à la reine numero 2 d’angleterre (et oui nous sommes toujours une sorte de colonie) et à ses descendants…

Et ensuite on se relève cette fois pour chanter Ô Canada, ou plutôt marmonner et faire du Lipsink sur la magnifique et emportante musique jouée 2 fois, d’abord pour les francophones et la 2ème pour les anglophones.

J’ai même pas eu droit à mon petit drapeau rouge, ni à un pins…Mon amie Caro, une belge, a passé son examen et sa cérémonie en une seule fois, le même jour. Et en plus elle a eu droit à son drapeau et son pins et même que la juge lui a parlé ….c’est parce que là, le gouvernement ne voulait pas faire perdre trop de temps à ses employés (elle travaille pour le gouvernement).

Alors toi aussi si tu veux devenir a new born canadian et que tu es née sur le sol canadien, tu peux le faire et vivre des émotions royales.

Je t’invites donc à participez à une cérémonie de réaffirmation de ta citoyenneté afin de montrer ton engagement envers le Canada et the queen of the queens.

« Organisez une cérémonie de réaffirmation : Vous pouvez organiser une cérémonie de réaffirmation dans votre collectivité, sur votre lieu de travail ou dans votre établissement d’enseignement. Pour ce faire, veuillez suivre les étapes suivantes. »

Tu as juste à visiter http://www.cic.gc.ca/francais/celebrer/menu-reaffirmation.asp

Me voilà donc une des quelques 185 000 nouveaux arrivants devenus citoyens canadiens chaque année. Et j’étais le numéro 155 du matin.

J’aime bien les numéros.Je suis la sujet de sa reine numéro 155. Quel ravissement!

En tout pour devenir le numéro 155, j’ai dépensé : 7050 $

Et après on pense que les immigrés sont pauvres et aculturés….

Bienvenue au Canada.

Mathilde Géromin (aka Lamathilde). Son travail porte sur le corps dans sa représentation ou son senti, essentiellement en traitant des genres et l’image de la femme. Toujours avec humour pour prendre une distance nécessaire, toujours en musique pour sentir les corps vivants en mouvement rythmique. C’est un jeu de montage, un jeu de point de vue. Une mise en avant du quotidien évident et trop souvent invisible. Née en France Lamathilde vit et travaille à Montréal, elle fait partie du collectif de performances les WWKA, et est une membre très active de la scène des arts visuels de Montréal.

Comments from old site:

Submitted by steph (not verified) on Wed, 01/28/2009 – 23:28.

Je viens d’essayer de mettre un commentaire, mais je suis dans la file d’attente pour voir si mon dossier est approuvé… est-ce que je vais aussi avoir un numéro, genre 155?? Bises

Submitted by steph (not verified) on Wed, 01/28/2009 – 23:25.

tu m’as fait hurler de rire! je t’imagine en train de chanter en playback ô Canada! Je me le mets de côté pour les jours tristes.

Submitted by ferns (not verified) on Tue, 01/27/2009 – 02:07.

Bravo Mathilde! Beaucoup d’immigrants ont vécu ça, comme moi, mais encore plus car j’ai envoyé mes papiers pour avoir la citoyenneté 10 jours avant les 1095 JOURS. En plus, après l’hîver passé, je devais retourner chez moi, histoire de santé mentale. Ma carte de resident permanent avait expirée mais je suis allé quand même. J’ai pris une visa de touriste pour pouvoir rentrer au Canada et faire la paperasserie de renouvellement de la carte. À date, après 7 ans, j’attend encore l’enveloppe brune qui m’invite saluer la reigne.

Submitted by Anne (not verified) on Tue, 01/27/2009 – 01:49.

Chère amie, chère Mathilde, tu le sais, je suis moi aussi une new born canadienne… mais je ne suis pas d’accord avec toi. Je n’ai ressenti aucun mépris le jour de la cérémonie qui m’intronisa et fut même profondément émue par ce qu’elle fit coexister : des parcours, des pays lointains, des nouvelles vies. Nous étions très nombreux aussi et je me souviens avoir respiré aisément au milieu de cette grande foule froufroutante et polyglotte. Je ne pense pas être devenue une gentille touriste bien élevée. Je ne pense pas être devenue quelqu’un d’autre et d’ailleurs personne ne me le demanda ni ce jour là, ni un autre. Je ne suis pas d’accord avec le fait d’essentialiser une citoyenneté en y rattachant des caractéristiques stéréotypées. Je crois que je préfère voter. Avec toute mon amitié.

Submitted by Joelle (not verified) on Fri, 01/16/2009 – 15:11.

Super !